Catégorie : Date début : Date fin :
Pour la recherche, sélectionner un critère
Des mondiaux à couper le souffle
Catégorie : Compétitons internationales
Date : 10/08/2015

Sale temps pour les garçons…
La matinée de cette 3èmejournée de round robin commence pour le Français avec le match des moins de 23 ans, contre la solide équipe de Turquie. La veille déjà, au cours du diner, les 2 équipes se jaugeaient du regard. Et dans l’eau, ce sont les Turcs qui dégainent les premiers, après 2 minutes 30 de match, en inscrivant le premier but : suite à un temps fort le long du mur, la défense française commet une erreur de couverture et laisse le champ libre. Pendant le reste de la première période, les Français reprennent le dessus, mènent le jeu, et dominent le match… sans marquer de but. Même schéma en seconde mi-temps, les bleus maîtrisent le terrain et savent gérer les temps faibles où ils jouent en infériorité numérique. Mais sur une offensive turque, un Français commet une obstruction : tir de pénalité, transformé par les 2 joueurs turcs. Cette défaite laisse un goût amer et un sentiment de frustration pour l’équipe des moins de 23 : il y avait la place de passer, mais ça n’est pas passé.
Les U19 prennent le relais dans le bassin avec un match contre la Nouvelle Zélande, nation  phare dans la formation de jeunes joueurs, grâce au cursus scolaire qui existe pour ce sport. En première période, les Kiwis inscrivent 3 buts. Il faut attendre la seconde mi-temps et un très bon travail du collectif français dans le camp adverse pour voir le compteur de buts se débloquer : 1 à 3 à la 9ème minute. Mais les Néo-Zélandais sont forts pour faire bouger les lignes adverses. Les Français tentent de rivaliser sur ce terrain et surprennent leurs adversaires à ce jeu… mais pas suffisamment. Les bleus se font contrer et encaissent le 4ème but. A 2 minutes de la fin du match, on peut assister à deux actions similaires côté français puis néo-zélandais. Le jeu dans le coin droit de l’attaque française se décale sur la gauche, offrant ainsi la possibilité aux Kiwis d’effectuer leurs changements. La gestion intelligente du palet leur permet de passer sans problème ce temps de transition. Puis l’effectif frais passe à l’attaque, et remonte en milieu de terrain le long du mur des remplaçants : les Français sortent par 4 pour les changements. C’est alors que les Néo-Zélandais en profitent pour changer la direction du jeu, virant sur le coté droit de la défense  Française : il faut alors aux remplaçants beaucoup de temps pour revenir en position de jeu : imparable, le 5ème but est inscrit. Il est certain que la séance vidéo apportera un grand nombre d’informations intéressante, et souhaitons que cette défaite en round robin puisse être utile pour la suite du championnat.

 

 

En début d’après midi, les féminines rencontrent l’Australie. Et ça part très fort : sur l’engagement, les Françaises enfoncent littéralement la défense australienne et inscrivent un premier but au bout de 30 secondes. Dans les deux minutes suivantes, la pression est toujours imposée par les bleues qui inscrivent un 2ème but. Les remontées françaises font mal aux Australiennes prises de vitesse. Le 3ème but est inscrit à la 10ème minute. En tout début de seconde période, une Française se retrouve en prison pour mauvais changement. Assiégées, les bleuettes tiennent bon et trouvent une faille pour lancer un nouveau contre. La vitesse de palmage met l’Australie dans le vent : 4/0 à la 3ème minute. Su un beau mouvement collectif et avec un coup franc à suivre, les Australiennes qui jouent en supériorité numérique marquent à leur tour : 4/1. Sur l’action suivante, une deuxième française se retrouve en prison pour obstruction. Le groupe français montre une fois de plus toute ses ressources mentales pour ne pas laisser leur adversaire des munitions et mettent les barbelés dans leur tiers de terrain. Revenue à 5 dans le jeu, elles placent un nouveau contre bien suivi par le collectif, inscrivant le 5ème but. Pour terminer le match, les filles inscrivent un 6ème but, profitant cette fois-ce d’une prison australienne. Invaincues en 4 matches, cette sélection française fait pour le moment un sans faute, montrant une maturité impressionnante pour ces sportives dont c’est la première compétition internationale.

 

Le deuxième match des moins de 23 ans oppose la France à la Nouvelle Zélande. Si le début de match est équilibré, les Français prennent ensuite la mesure de leurs adversaires en maintenant la pression en attaque. Mais un Néo-Zélandais récupère le palet et sur une apnée de 20 mètres, inscrit un but en contre à la 8ème minute. Après le temps mort français, sur l’engagement, la poussée collective des bleus les amènent à l’égalisation. Les Français continuent à mettre la pression sur les Kiwis qui commencent à faire des fautes pour récupérer le palet. A 40 secondes de la fin de la première mi-temps, les Français inscrivent un but. Ils manquent de peu d’en inscrire un second sur l’engagement suivant : 2/1 à la mi-temps. En début de seconde période,  la Nouvelle Zélande file dans le camp français et poussent les bleus à la faute de poing : pénalty transformé, et égalisation 2/2. Même schéma, mais en faveur des Français cette fois-ci… et le tir de pénalité est défendu par l’arrière néo-zélandais. Les Français ne se démontent pas, et la même paire d’avant reste en jeu, et impulsent l’intensité nécessaire à l’équipe pour trouver la faille er filer au but : 3/2. Prison française… à ce niveau de jeu, difficile de résister : la Nouvelle Zélande égalise sur un but de pénalité. A 5 minutes 30 de la fin du match, une belle combinaison néo-zélandaise sur coup franc leur permet de virer en tête, avec un 4ème but. Les bleus ne lâchent rien : 3 actions dangereuses de suite, et c’est la 4ème qui paye : égalisation à 4 partout à 3 minutes de la fin. Nouvelle prison française, il faut tenir… et même plus… les bleus continuent, sans fioriture, et dans une dernière apnée collective, public compris, la France inscrit le but de la victoire dans les dernières secondes ! 5 à 4, score final, et tout le monde peut respirer à nouveau.

 

Les débiles du jour et la gourdasse d'or vous attendent dans l'épisode 6 de la tête sous l'eau.

 

 

Auteur : Rémy GILLET
Mondiaux Jeunes : Carnet de bord du 9 août 2015
Catégorie : Compétitons internationales
Date : 09/08/2015

Les garçons et les filles de moins de 19 ans entament cette deuxième journée à la même heure.
Les U19M jouent contre l’Australie et remportent leur match 4 à 0, en inscrivant 2 buts par période. Si on peut être satisfait de cette nouvelle victoire, obtenue grâce à la vitesse de nage, la cohésion du groupe, au respect des consignes pour les prises de couloir, l’ouverture de jeu et la volonté constante de ne pas s’enfermer le long du mur, on notera que les Français ont écopé de 18 minutes de prison. Les bleuets doivent apprendre à composer avec l’ambiance internationale et éviter à tout prix les fautes de crosse et d’obstruction inutiles, afin de s’épargner les longues minutes à jouer à 4 voire 3 joueurs dans l’eau.
Pour les U19F, c’est une nouvelle fois un match à sensations que les Françaises offrent au public venu les supporter en masse. Après avoir encaissé un tir de pénalité à 2 minutes et 30 secondes du début du match, elles répondent, comme hier face à l’Angleterre, en égalisant sur la mise en jeu suivante. Mais le jeu est haché et interrompu par de nombreuses fautes de part et d’autre. Les Colombiennes prennent le dessus à 2 reprises, et à 2 minutes de la fin de la première période, les Françaises remontent au score sur pénalty : 2/3 à la mi-temps. S’en suit un début de seconde mi-temps assez terne, ou les Française n’arrivent pas à débloquer le jeu. Ce sont finalement les Colombiennes qui vont leur donner la solution, en accumulant les fautes et les prisons. Le temps mort demandé par la France est alors l’occasion de motiver les filles à étouffer leurs adversaires en infériorité numérique : message reçu 5 sur 5. Nos bleues déroulent leur collectif et inscrivent 1, puis 2, puis 3 buts, et terminent ce match sur une victoire 5 à 3, sous les applaudissements prolongés du kop français, renforcé des U23M qui joueront 3 heures plus tard.


L’Afrique du Sud est l’adversaire des U23. En première période, les Français portent trop le palet en milieu de terrain et se font systématiquement bloquer. Le jeu se neutralise donc avec un score vierge au bout des 15 premières minutes. En seconde période, un beau changement d’aile en milieu de terrain emmené par deux Sudafs  va jusqu’au but. Les Français sont menés au score ; ils tentent de réagir mais dans la précipitation, se mettent à commettre des fautes de crosse inutiles, et finissent par encaisser un deuxième but. Le temps mort de Loïc Horvais est impératif … et les mots font mouche. Dans la foulée, les bleus asphyxient littéralement les Sud Africains. Temps mort demandé par les adversaires des Français,  mais la minute est trop courte pour récupérer. Les Français pilonnent le but et en inscrivent 3 en 2 minutes. 3/2 pour les Français à 3 minutes de la fin, et le score ne bougera plus jusqu’au buzzer. Cette victoire rassure sur le mental des Français qui se sont bien repris depuis la défaite d’hier soir.
Pour les U19M, le deuxième match de la journée les oppose à la Grande Bretagne. La première mi-temps est à l’avantage des Anglais qui inscrivent un but. La seconde mi-temps est française, mais avec moins de réalisme. A plusieurs reprises, les attaques bleues manquent de peu de se concrétiser. Mais une fois de plus, nos jeunes joueurs ont du mal à s’habituer à l’arbitrage international, notamment sur les prises de palet défensives, très souvent sifflées comme faute de crosse : il va falloir apprendre à corriger cela pour la suite de la compétition, afin d’éviter une fois de plus les 15 minutes de prison par match. Première défait 1 à 0 pour les U19M dans ce championnat.
Le dernier match des filles contre le Canada s’annonce relativement facile… mais il leur faudra rester attentives tout au long du match. Elles inscrivent 2 buts en première période et 3 en seconde, mais sont sanctionnées à de multiples reprises et ont dû s’employer à ne rien lâcher dans les moments où elles ont joué à 4 contre 6, en défense devant leur buts.
Toute la journée comme si vous y étiez, c’est la tête sous l’eau épisode 5.

Auteur : Rémy GILLET
» Partager cette page :