Date : 07/10/2017

Inscription manche 1 féminine et masculine

Les fiches d'inscriptions pour la manche 1 à Abbeville sont disponibles dans l'onglet "compétitions"

Catégorie : Date début : Date fin :
Pour la recherche, sélectionner un critère
Hobart 2017 - Carnet de bord - Lundi 17 juillet
Catégorie : Championnats nationaux
Date : 17/07/2017

Les garçons de moins de 19 ans débutent cette quatrième journée de championnat à midi, avec au menu les Néo-Zélandais qui les avaient battus en finale il y a 2 ans à Castellon. Le début de rencontre est équilibré, les 2 équipes effectuant des allers-retours entre les deux camps. Après une succession d'action dans le camp français, les Kiwis ouvrent le score à la 11ème minute. Sur l'action suivant l'engagement, un joueur néo-zélandais est sanctionné d'une prison. Les bleuets en profitent pour mettre la pression, passent une première fois devant le but, la seconde fois sera la bonne : ils égalisent à 1 partout. En fin de première période comme en début de seconde, les Français doivent gérer des temps de jeu à 5 joueurs ; ils y arrivent sans encaisser de but. De retour à 6 dans l'eau, les Français arrivent à remonter en contre sur le mur gauche, venir dans le camp néo-zélandais ; ça traverse vers la droite, coup franc pour les bleus et un nouveau joueur kiwi en prison. Les Français exploitent une nouvelle fois la supériorité numérique et prennent l'avantage, 2 à 1. Les bleus ne s'arrêtent pas, repartent à l'assaut mais cette fois-ci, ce sont eux qui sont sanctionnés d'une prison. Les Néo-Zélandais passent à l'offensive, et sur un coup franc ne sont pas loin de marquer : obstruction néo-zélandaise, ouf, les bleus respirent. Les deux compositions occupent bien la totalité du terrain, et sur une action où le palet traverse à 1 m des buts kiwis, un français récupère sur la droite, shoot, mais sont tir sera refusé. Les bleus bénéficient cependant du coup franc à suivre, et font une nouvelle fois preuve de réalisme en concrétisant d'un 3ème but. Cette victoire 3-1 va faire du bien au groupe, mais attention aux Néo-Zélandais, dont on connait les capacités à hausser le niveau de jeu au fil de la compétition.

Les Françaises rencontrent aujourd'hui l'Afrique du Sud. En début de rencontre, comme à leur habitude, les bleues sont soudée et présentes. Elles concrétisent une première attaque à la 6ème minute en ouvrant le score. En fin de première mi-temps, première prison pour l'Afrique du Sud, malheureusement pas exploitée. Il y a la place pour passer, si en seconde période les Françaises continuent à rester présentes et soudées. A la 1èème minute de jeu, c'est cette fois-ci une Française qui va s'assoir en prison. Les Sud-Af prennent la défense française, le palet passe devant les buts, c'est défendu… mais avec le poing. Un tir de pénalité est donné, il est transformé, et l'Afrique du Sud égalise 1 partout à la 19ème. Les bleues nous offrent de belle phases de jeu, avec des ouvertures au palmage, en portant le palet. Les phases le long du murs sont également intéressantes, mais les arrières de l'Afrique du Sud sont solides et promptes à récupérer les palets, les conserver, et relancer. Pour les ouvertures, il manque 20 cm aux Françaises pour atteindre le palet : tir trop court ou jeu pas assez serré, il y a dans tous les cas toujours une crosse adverse pour venir s'interposer. A la 26ème minute, un mouvement de l'Afrique du Sud est initié par la gauche, passe devant le but français ; les bleues se jettent, mais le retourné de l'Africaine met la défense française à contre pied. But : 2-1. Les Françaises termineront la partie à 5, difficile alors d'aller égaliser, face à la ligne arrière africaine. Déception une nouvelle fois dans le camp français.

 

15h20 à Hobart, les U23M jouent contre les USA, équipe réputée faible dans ce round robin. SI sur la première action de jeu, le but français est refusé, il suffira d'attendre la 3ème minute pour voir l'ouverture du score des bleus. 2-0 à la 7ème puis 3-0 à la 8ème minute, sur une belle passe en sous le corps dite en "sud-af", les Français déroulent leur jeu, comme sur cette nouvelle attaque qui part du coin, longe le mur du fond, faire flirter le palet avec le but, sans pour autant franchir le volume, une crosse américaine l'en empêchant. Le 4ème but viendra de la gauche cette fois-ci, sur un L classique et bien exécuté en fin de première mi-temps. Les Français continuent de dérouler, inscrivant 2 buts en 3 minutes en début de 2ème période. On se dit que les Français sont à l'aise, mais à y regarder de plus près, il y a encore de la marge. Des erreurs de relance dans le vide pourraient coûter cher aux bleus face à une équipe plus physique que celle des USA. Le score est de 9-0 à 5 minutes de la fin, et un joueur français en prison ne change que peu la physionomie de la partie. A deux minutes de la fin, on croit au sursaut d'orgueil américain : les USA s'approchent du but français, poussent, mettent le palet au fond : le but sera malheureusement pour eux refusé. Dans la foulée, les Français lancent un contre, mais le but sera également refusé. Le score restera donc inchangé à 9-0. Ce match a pu servir à faire tourner l'effectif, et sera à n'en pas douter exploité en vidéo pour corriger ce qui doit l'être.

Auteur : Rémy GILLET
Hobart 2017 - Carnet de bord - Dimanche 16 juillet
Catégorie : Compétitons internationales
Date : 16/07/2017

Quand on vient jouer aux championnats du Monde, on vient pour jouer ces matches là. Les filles de moins de 23 rencontrent la Nouvelle Zélande, nation phare du hockey subaquatique. Sans complexe, les bleues attaquent fort et inscrivent un premier but au bout de 2 minutes de jeu. Il ne faut pas longtemps aux Néo-Zélandaises pour répliquer une minute plus tard et égaliser. Le jeu s’équilibre ensuite, mais tourne à l’avantage kiwi à la 8ème minute : 2-1. Les Françaises auraient pu égaliser mais le but leur est refusé. La partie est serrée, mais quand les Néo-Zélandaises débordent, il est difficile de les arrêter. A la 11ème minute de jeu, sur une faute de poing, un tir de pénalité est accordé aux blacks, qui le transforment : 3-1. Les kiwis ne maîtrisent pas que les phases de jeu dynamique, elles savent également exploiter les phases statiques. A 1 minute de la fin de la première période, la défense française est dans le coin droit ; 1 relai français, 2 relais, prise sous la pression de 2 Néo-Zélandaises qui récupèrent le palet, et en 2 passes, le voici devant le but des bleues. Il n’y a plus qu’à concrétiser, et passer à la mi-temps sur un score de 4 à 1. En début de seconde période, comme en première, les Françaises sont à bloc et poussent sur le côté gauche du but néo-zélandais : le palet franchit le volume, les bleues reprennent des couleurs 4-2. Ca joue, des 2 côtés, mais toujours ce léger avantage aux blacks qui inscrivent 2 nouveaux buts. A 3 minutes de la fin, les Françaises font rentrer le palet dans le but, mais il ressort, les arbitres ne l’ont pas vu. Ils sifflent cependant un tir de pénalité pour une faute de poing adverse. On le croit défendu, les Françaises sont dépitées, mais les arbitres ont vu une nouvelle faute de poing sur la défense de ce pénalty, qui sera finalement accordé : 6-3. Les bleues en veulent encore, elles poussent, font chauffer les buts kiwis, mais ne concrétiseront pas une nouvelle fois. Très bon match des 2 équipes, et on retiendra que tout est possible dans ce championnat, même face à ces nations de référence.

 

Les Anglais sont de sérieux adversaires pour les Français qui connaissent la capacité de leurs adversaires à relever le défi physique. Peut-être un peu trop pressés de démarrer le match, les Français commencent avec un faux départ. Il faut ensuite attendre 5 minutes avant que les bleus ouvrent la marque, puis une nouvelle fois 5 minutes plus tard sur un joli mouvement collectif. 2-0 à la mi-temps. En début de seconde période, se sont les Anglais qui occupent le terrain français. On enchaine les phases défensives chez les bleus, et poussés à la faute, ils écopent d’une prison. Mais ils font bloc dans le coin, en se laissant la possibilité de sortir côté but, en prenant bien garde de la chasse anglaise. C’est finalement par le mur que les Français se sortent de 5 minutes à repousser les assauts britanniques. Coup franc bien placé, ça part au but, mais un tir dangereux est signalé : les Français vont à nouveau jouer à 5. En défense, les Anglais jouent le coin ; la règle du palet bloqué par la crosse et les 2 murs n’existe pas à l’international. Les Français tentent de le ressortir mais les britanniques sont à l’affut pour jouer le contre. Ils font cependant des fautes et les minutes qui s’écoulent sont à l’avantage des bleus. A partir de la 24ème minute de jeu, c’est un festival de prisons pour les 2 équipes. On se retrouve à jouer à 4 Français contre 3 Anglais. Sur le coup franc, le tir du Français atterrit sur la margelle, mais ne franchit pas. Il faudra attendre que les Bleus soient à 5 contre 4 pour enfin trouver la porte du 3ème but. Il reste alors 4 minutes à jouer. Les Français cherchent à aérer le jeu, mais subissent un contre. Un anglais part seul, shoote, le palet tape au dessus du but, un défenseur français le récupère et s’échappe. Un but de pénalité sera finalement accordé, 3-1.  Pour la dernière minute de jeu, une remontée des Français sur le côté droit permet d’aller se mettre en sécurité dans le camp adverse jusqu’à la fin du match.

La Colombie, finaliste il y a 2 ans en moins de 19 ans masculins, est l’adversaire de la France pour ce match. Les bleuets se sont préparés à cette rencontre qui peut être explosive, et entament la première mi-temps de la meilleur des manières, en réussissant à inscrire 2 buts en 5 minutes. Les attaques suivantes ne seront pas concrétisées et le score à la mi-temps reste à 2-0. Non, il y a 0-0 dit le coach français à son équipe : ne pas s’endormir sur une si petite avance. Et pourtant, les bleus sont un ton en dessous en début de deuxième période. Une succession de coups francs contre la France laisse le palet dans le camp des bleus. Si les Français arrivent à progresser dans le camp colombien, ils gâchent les occasions par des fautes qui les font reculer à nouveau de 3 mètres. On frissonne à quelques reprises sur les accélérations de la Colombie, et on regrette ces 2 occasions où le palet semble aller dans le but mais qui finalement est bloqué par la défense colombienne. Il y a de nombreux aller-retour du jeu sur le terrain, et les Colombiens semblent mieux résister physiquement : on voit plus de bonnets colombiens que de bonnets français sous l’eau. Alors qu’il reste 2 minutes à jouer, une prison est sifflée de chaque côté. Cela ne change rien à l’histoire, même si les bleus se ressaisissent pour  tenter un 3ème but, ça ne passe pas loin et une faute française vient à nouveau faire avorter les tentatives. Score final 2-0 : ouf, heureusement qu’il y avait les 5 premières minutes du match !

 

Pour le deuxième match de la journée, les filles rencontrent l’équipe d’Argentine, équipe nouvelle sur le circuit international dans les catégories jeunes. Les Françaises commencent le match en mettant de suite la pression aux Argentines. Le jeu est dans le camp des Sud-Américaines, mais les Françaises font trop de fautes pour pouvoir concrétiser la domination territoriale. Un but est même refusé à la 5ème minute pour une faute de crosse. A la 7ème minute, alors que le jeu se stabilise en milieu de terrain, les Françaises relâchent la pression, jouent un peu trop avec le palet et se font contrer, tout droit dans l’axe du but. L’arrière française arrive à détourner et réorienter vers la droite, mais les arbitres jugent une faute et accore un but de pénalité : l’Argentine mène 1 à 0. En début de deuxième mi temps, on se dit que les Françaises vont se ressaisir. Une action de jeu va jusque dans le but argentin : refusé pour double faute de poing, retour à un entre deux. Au tour des Argentines de s’installer dans le camp français. Les bleues qui sont mises sous pression font des fautes, et2 faux départs sur coup franc n’arrangent rien : les Françaises se retrouvent à jouer à 4 contre 6. Il faut temporiser du côté des bleues, c’est ce qu’elles font, dans leur coin. Mais les Argentines poussent et le palet se retrouve dans le but français : les arbitres signalent une faute argentine, ouf. Au tour des Françaises de pousser à nouveau. A la 23ème, le palet arrive au fond du but argentin : refusé une nouvelle fois pour faute de poing. Même chose à 3 minutes de la fin du match, pour un jeu dangereux et nouvelle prison française. On tremble pour une égalisation française, puis 15 seconde plus tard pour un deuxième but argentin sur un nouveau contre. Finalement, le score restera à l’avantage de l’Argentine qui remporte le match 1 à 0. Les Françaises semblaient ne plus avoir de jambes, et n’ont jamais pu franchir le dernier rideau défensif argentin, bien en place, avec un jeu simple mais solide sur l’arrière.

En fin de journée, les U23M affrontent la très impressionnante équipe de Nouvelle Zélande. Les Français démarrent pourtant, mais sur un contre, les Néo-Zélandais palment très vite et marquent à la 2ème minute. 3 minutes plus tard, sur une phase de jeu plus statique, les Néo-Zélandais trouvent à nouveau le chemin du but français : 2-0. Tout va très vite dans cette partie, les joueurs enchaînent les longueurs, entre le camp kiwi et e camp français. On frôle le 3èle but à la 10ème minute, mais c’est finalement un joueur des blacks qui sort en prison. Les Français en profitent, poussent dans le L, obstruction des Néo-Zélandais, les bleus réclament un tir de pénalité : ils n’auront qu’un coup franc. Sur le coup franc suivant à l’avantage des bleus, c’est cette fois-ci un tir dangereux qui vient sanctionner un Français par 2 minutes de prisons. Les bleus n’inscriront pas ce but, et devront même en encaisser un dans les dernières secondes de la première mi-temps : 3-0.

Les Néo-Zélandais sont rapides à surgir et récupérer les palets, à distribuer. Ils marquent leur 4ème but à la 18ème minute. Les Français ont du mal, et manquent un peu de présence au fond. Le temps mort de l’entraîneur va permettre de recadrer l’équipe. Sur l’action suivante, un bon pressing des Français leur permet d’inscrire un but de pénalité : le score est de 4-1 à la 20ème minute. Suite alors de grosses phases de jeu sans arrêt par les arbitres, où les joueurs explorent le terrain dans toute sa superficie à plusieurs reprises. A 1 minute de la fin, une obstruction française donne l’avantage numérique à la Nouvelle Zélande et un coup franc bien placé, concrétisé : score final 5 à 1.

Auteur : Rémy GILLET
» Partager cette page :